Mission 2017 – Agbadzanaké

LOMÉ

Lors de notre arrivée au Togo, nous avons passé quelques jours à Lomé, la capitale afin de régler les démarches administratives mais également pour en profiter pour donner à la JMV ce que nous avions ramenés de France pour qu’ils le distribuent de la façon la plus utile possible. Il y avait donc des dispositifs médicaux qui n’étaient pas adaptés au dispensaire, des masques et des lunettes de vue. Ainsi ils seront libres de les distribuer à ceux qui en auront le plus besoin sur place.

Agbadzanake

Pour cette quatrième mission au Togo, nous avons construit avec la JMV un projet de rénovation du dispensaire d’Agbadzanaké.  C’est un village de 652 habitants, mais dont le dispensaire sert pour d’autres villages autour. Son importance est donc avérée.

Le personnel du dispensaire est composé de 3 membres : la matrone, qui sert d’accoucheuse et s’occupe également des pansements, de la petite chirurgie si besoin ; une aide-soignante qui aide la matrone pour les soins infirmiers et une pharmacienne, qui a un rôle très différent des pharmaciens européens, elle gère les stocks et vend les médicaments.

Tout d’abord, nous avons entrepris la rénovation de ce dispensaire. En parallèle de cela, nous avons établi avec la matrone, une liste des maladies les plus fréquemment rencontrées et du coup leurs plus gros besoin en médicaments. Ensuite nous avons contribué à ce que le dispensaire ait un stock de médicaments nécessaire et suffisant pour pouvoir fonctionner. Enfin, nous avons fait de la prévention contre le paludisme. En tout, nous avons offert une autonomie en médicaments équivalent à un trimestre, plus les dispositifs médicaux offerts par PHI.

 RENOVATION DU DISPENSAIRE

Le dispensaire à notre arrivée

Le dispensaire était dans un état d’insalubrité tel que les fonds du dispensaire ne permettaient pas de le rénover. Il était composé de deux bâtiments dont un qui ne servait plus depuis plusieurs mois à cause de son état trop dégradé.

Nous avons commencé par le bâtiment le plus dégradé, les soins ont ainsi pu être maintenus dans le deuxième bâtiment pendant la rénovation.

Nous avons commencé par la rénovation de la charpente et du toit : la charpente a été dégradé par les insectes et les tôles du toit présentaient plusieurs perforations qui causaient des fuites lors des jours de pluie. Tout d’abord, le charpentier a enlevé les le toit puis la charpente, et les a remplacés par des planches traitées par nos soins avec un insecticide et des tôles bleues neuves. Ce travail a été effectué par un menuisier et un charpentier membres de la JMV.

L’espace réservé à la pharmacie n’étant pas adapté, nous avons décidé de construire un nouveau bâtiment entre les deux déjà existants pour ne faire qu’une seule et grande structure. Les maçons ont commencé par monter la structure avec les briques que nous avons fabriqué. Lors de la rénovation de la charpente, ils ont réuni les deux bâtiments avec une structure commune.

Nous avons également nettoyé le bâtiment qui servait de débarras pour le matériel cassé. Les cadres de portes et de fenêtres ont été changé par de nouveaux plus solides et traités.

Une fois le toit achevé, nous avons commencé les travaux intérieurs. En cette saison de pluie qu’est le mois de juillet, il était important d’avoir fini le toit pour protéger le matériel et le travail intérieur.

Nous avons donc poncé et repeint tous les murs, portes, fenêtres et façades extérieures. Ensuite, nous nous sommes occupés de faire des moustiquaires grâce au menuisier bénévole de la JMV.

 

Peinture des murs

Ponçage des cadres de fenêtres

                

Une fois le premier bâtiment rénové, nous avons attaqué le deuxième. L’équipe de soin ainsi que le matériel a été déplacé dans le premier bâtiment pour que l’activité du dispensaire puisse continuer durant la rénovation.

Nous avons rénové la charpente ainsi que le toit du deuxième bâtiment. Puis nous nous sommes occupés de la peinture intérieure et extérieure.

Une fois le bâtiment rénové, nous avons monté les lits en bois que nous avons acheté à la capitale. Nous y avons ajouté des matelas également achetés à Lomé, que nous avons fait recouvrir d’une housse facile à laver et résistante.

Parallèlement, le menuisier a fabriqué des étagères pour la pharmacie afin qu’ils puissent ranger les dispositifs médicaux et les médicaments.

ACHATS DES MEDICAMENTS ET APPORT DU MATERIEL MEDICAL

Nous avons commencé par voir avec la matrone et la pharmacienne les registres des stocks de la pharmacie. Nous avons été satisfaits par la tenue des registres et des comptes par la matrone. Nous avons rédigé une liste des médicaments qu’ils utilisaient le plus dans leurs soins, selon les registres et les comptes. Nous avons fait vérifier cette liste par la matrone.

Quelques jours plus tard, nous nous sommes rendus à la capitale, pour acheter les médicaments de la liste chez un grossiste répartiteur agrée par le ministère de la santé. Au final une autonomie de trois mois en termes de médicaments a été permise par cet achat.

En ce qui concerne les dispositifs médicaux, Pharmacie Humanitaire Internationale (PHI), avec qui nous nous sommes entretenus à Montpellier et sommes en partenariat, nous a donné le matériel que nous jugions utile en fonction du stock dont ils disposaient. Nous avons également récupéré des dispositifs grâce à des pharmacie et des étudiants. Nous avons donc apporté le matériel médical de Montpellier.

Nous avons alors fourni au dispensaire des bandes, compresses, pansements et autres matériaux tels que des béquilles et des atèles.

Distribution des médicaments
La pharmacie à la fin de la mission

   Ce stock initial devrait permettre au dispensaire de se réapprovisionner. Lors du rangement des médicaments, la matrone a écrit au fur et à mesure les quantités fournies. Cela devrait permettre un bon roulement du stock. Un suivi du fonctionnement du dispensaire sera réalisé. Pendant l’année scolaire, la JMV y veillera et l’été suivant la prochaine équipe de Pharma Humanitaire fera à nouveau un passage à Agbadzanaké afin de vérifier que le cahier de charge ait été respecté et redynamiser la pharmacie.

Le but est d’arriver à terme à l’autonomie du dispensaire.

Le dispensaire à la fin de la rénovation

PANNEAU SOLAIRE

Le village d’Agbadzanaké, comme beaucoup d’autres villages du Togo, n’est pas approvisionné en électricité. Ce facteur complique un peu plus la prise en charge des patients la nuit. Désireux d’agir sur ce problème, nous avons prospecté divers vendeurs de panneaux solaires sur Lomé. La mise en place de ce panneau solaire fut la dernière grande étape de la mission. Grâce à cet achat, le dispensaire a obtenu l’autonomie énergétique. En tout 10 ampoules basse consommation et deux prises ont été implantés dans le dispensaire.

Le panneau solaire

PREVENTION PALUDISME

Nous avons organisé une demi-journée de prévention paludisme, grâce à une mallette ludo-éducative offerte par Sanofi. Nous avons ainsi fait la prévention auprès de tous les enfants de l’école primaire. C’était un point important de notre mission, en sensibilisant les plus jeunes, on espère ainsi qu’ils partageront leurs connaissances et contribueront à terme à la baisse de la fréquence de cette maladie.

Journée de sensibilisation avec les enfants

Vidéo de présentation de notre mission

Quelques photos de notre mission