Mission Togo 2019 : Asanhou Fagbe


Solidarité internationale / samedi, juin 20th, 2020

LOMÉ

Lors de notre arrivée au Togo, nous avons passé deux jours à Lomé, la capitale, afin de régler les démarches administratives. Nous avons également donné à la JMV une partie de ce que nous avions ramenés de France (lunettes, une partie des fournitures scolaires et matériel hospitalier), ainsi ils seront libres de les distribuer à ceux qui en auront le plus besoin.

ASANHOU FIAGBÉ

Pour cette cinquième mission au Togo, nous avons construit avec la JMV un projet de rénovation du dispensaire de Asanhou. C’est un village de 7000 habitants, dont le dispensaire sert pour d’autres villages autour. Son importance est donc avérée.

Le personnel du dispensaire est composé de 2 membres : le major, le responsable du dispensaire qui s’occupe de tous les soins médicaux et de la gestion des stocks et de la vente des médicaments ainsi que la matrone, qui s’occupe des consultations gynécologiques et obstétricales.

Tout d’abord, nous avons entrepris la rénovation de ce dispensaire. En parallèle de cela, nous avons établi avec le major, une liste des maladies les plus fréquemment rencontrées et les médicaments les plus utilisés. Ensuite nous avons contribué à ce que le dispensaire ait un stock de médicaments nécessaire et suffisant pour pouvoir fonctionner pendant trois mois. Enfin, nous avons fait de la prévention contre le paludisme auprès des enfants de l’école du village.

RENOVATION DU DISPENSAIRE

Le dispensaire de cette année nécessitait de gros travaux : nous devions surélever puis refaire le toit, la charpente, les plafonds, les fenêtres et portes ainsi que l’ensemble des peintures.

Nous avons commencé par la rénovation de la charpente et du toit : la charpente a été dégradée par les insectes et les tôles du toit présentaient plusieurs perforations qui causaient des fuites lors des jours de pluie. Tout d’abord, le charpentier a enlevé les tôles qui composaient le toit puis la charpente, et les a remplacés par des planches traitées par nos soins avec un insecticide et des tôles rouges neuves. Ce travail a été effectué par un menuisier et un charpentier professionnel.

Pendant ce temps nous avons aidé en fabricant les briques nécessaires pour toute la durée du chantier.

Nous nous somme heurtés à la saison des pluies lors de nos premiers jours de travaux, des pluies torrentielles empêchant les briques de sécher et de continuer la surélévation des murs.

Nous avons profité de cette période pour faire plus ample connaissance avec Ive, le major du dispensaire. Nous avons beaucoup eu l’occasion d’échanger sur nos différentes cultures et études, nous rendre compte des besoins du dispensaire ainsi que des différences thérapeutiques entre nos deux pays.

Sur le mur surélevé, nous avons reposé de nouvelles poutres taillées par les professionnels nous accompagnant pendant que d’autres décrochaient et préparaient les cadres de fenêtres.

Une fois le bâtiment prêt, nous sommes passés à la peinture. Nous avions eu un rendez vous avec un représentant du gouvernement afin de construire un dispensaire au couleur du Togo.

le dispensaire est terminé et nettoyé !

ACHATS DES MEDICAMENTS ET APPORT DU MATERIEL MEDICAL

Nous avons commencé par discuter avec le major ainsi que le pharmacien, et consulter les registres des stocks de la pharmacie. Nous avons été satisfaits par la tenue des registres et des comptes par le pharmacien. Nous avons rédigé une liste des médicaments qu’ils utilisaient le plus dans leurs soins, selon les registres et les comptes.

Quelques jours plus tard, nous nous sommes rendus à la capitale, pour acheter les médicaments chez un grossiste répartiteur agréé par le ministère de la santé togolais. Au final, une autonomie de trois mois en termes de médicaments a été permise par cet achat.

En ce qui concerne les dispositifs médicaux, Pharmacie Humanitaire Internationale (PHI), avec qui nous nous sommes entretenus à Montpellier et sommes en partenariat, nous a donné le matériel que nous jugions utile en fonction du stock dont il disposait. Nous avons également récupéré des dispositifs grâce à des pharmacies et des étudiants. Nous avons donc apporté le matériel médical de Montpellier. Nous avons alors fourni au dispensaire des bandes, compresses, pansements et autres matériaux tels que des béquilles et des atèles.

Ce stock initial devrait permettre au dispensaire de se réapprovisionner. Lors du rangement des médicaments, le pharmacien a écrit au fur et à mesure les quantités fournies. Cela devrait permettre un bon roulement du stock. Un suivi du fonctionnement du dispensaire sera réalisé. Pendant l’année scolaire, la JMV y veillera et l’été suivant la prochaine équipe de Pharma Humanitaire fera à nouveau un passage à Asanhou.

ELECTRICITE

Le village de Asanhou est alimenté en électricité. Le dispensaire dispose donc d’une installation électrique cependant elle n’a pas été installé par un professionnel et peut représenter un danger pour les patients et le personnel. Nous avons donc contacté un électricien afin d’offrir au dispensaire une installation aux normes et qui résistera au temps. De nouvelles ampoules et prises ont été installées dans le dispensaire à l’intérieur et à l’extérieur.

PRÉVENTION PALUDISME

Nous avons organisé une demi-journée de prévention paludisme, grâce à une mallette ludo- éducative offerte par Sano . Nous avons ainsi fait la prévention auprès de tous les enfants de l’école primaire. C’était un point important de notre mission, en sensibilisant les plus jeunes, on espère ainsi qu’ils partageront leurs connaissances et contribueront à terme à la baisse de la fréquence de cette maladie.

Cette année, nous avons également organisé une petite entrevue avec les adolescents et jeunes adultes du village afin de discuter tous ensemble de sujets les concernant : sexualité, grossesse, contraception, etc.

Nous nous somme rendus compte après discussion, que les jeunes n’avaient pas de problèmes avec la contraception mais juste un problème de honte à aller voir la matronne. Nous avons donc organisé un petit regroupement pour que les jeunes puissent vraiment rencontrer la matronne et n’ai plus de gênes à aller la rencontrer.

EVALUATION DU PROJET

Quels étaient les objectifs de votre projet ?

L’objectif était la rénovation du dispensaire de santé ainsi que la campagne de sensibilisation du paludisme

Pensez-vous qu’ils aient été atteints : Oui.

Des actions de communication ont-elles été menées ? Oui.

Si oui, lesquelles :

Avant la réalisation du projet : Lors de l’évènement que nous organisons pour récolter des fonds, nous présentons notre mission, nous faisons également une présentation à nos membres en réunion.
Après la réalisation du projet : Nous organisons une journée de retour de mission, nous exposons les photos prises lors de la mission dans le hall de la faculté de Pharmacie. Les membres partis en mission organisent une conférence afin qu’ils racontent le déroulement de la mission aux étudiants ainsi qu’à nos partenaires.

Selon vous, quels ont été les points forts de votre action :

La rénovation du dispensaire s’est bien déroulée sans accrocs, les bénévoles ont été très bien accueillis et intégrés dans le village. Lors de la journée de sensibilisation, nous nous sommes rendus compte que les enfants en savaient beaucoup sur le paludisme grâce aux enseignements de l’école.

Selon vous, quels ont été les points faibles de votre action :

Nous avons rencontré quelques surprises lors des travaux, des éléments à rénover se sont rajoutés en cours de travaux. L’année prochaine nous ferons attention de bien lister, lors de l’état des lieux, l’ensemble des travaux à réaliser afin de ne pas avoir de surprise et pour pouvoir mieux s’organiser.

Souhaiteriez – vous reconduire votre action ?

Oui, notre mission sera reconduite l’année prochaine dans un village différent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *